Déclaration des prélèvements d’oies cendrées sur Chassadapt

La FNC demande aux chasseurs de déclarer leurs prélèvements d’oies cendrées

 » Sur la base du volontariat, nous demandons à l’ensemble des chasseurs français de bien vouloir déclarer à partir du 1er août l’intégralité de leurs prélèvements d’oie cendrée sur l’application Chassadapt : la crédibilité de nos suivis et de cette application dépendra de son taux d’utilisation. La FNC compte sur l’engagement des chasseurs qui sont, avant toute autre chose, des gestionnaires responsables de la faune sauvage !   »

Déclarez vos prélèvements

Depuis l’année dernière, les chasseurs sont dans l’obligation de déclarer leurs prélèvements sur Chassadapt pour les espèces tourterelle des bois, courlis cendré, bécasse des bois (sauf si vous aviez le carnet). Pour rappel, cette application permet de recenser au niveau national les individus prélevés à la chasse possédant un « PMA » établi par la mise en place de la chasse adaptative.

Hier, Willy Schraen et son équipe sur la page Facebook de la FNC, ont demandé aux chasseurs de gibier d’eau de déclarer (sur la base du volontariat) leurs prélèvements d’oies cendrées à compter du 1er août. Ce projet, sur proposition de la commission gibier d’eau, à laquelle l’association nationale des chasseurs de gibier d’eau et la ligue des sauvaginiers français ont participé, vise à collecter des données importantes concernant l’espèce et ainsi renforcer la crédibilité scientifique de la chasse sur le territoire national.

Pourra-t-on chasser l’oie cendrée en février ?

Un jour oui ! Depuis plusieurs années, la FNC tente d’obtenir la possibilité de chasser l’oie cendrée durant le mois de février. Depuis deux ans maintenant, la mise en place de la gestion adaptative est mise en avant afin de trouver le bon équilibre pour chaque espèce chassée. Déclarer les prélèvements pour cette espèce fournira une base de données solides et permettra dans le temps de consolider l’avis des scientifiques et de la FNC concernant la possibilité de chasse de l’oie cendrée en février.

Un plan de gestion international concernant l’oie cendrée a été mis en place par l’AEWA qui pourrait décider, durant le 2e semestre 2020, d’attribuer un quota sur la voie de migration qui serait ensuite décliné par pays. Qu’est-ce que l’AEWA ? Il s’agit d’un traité de coopération en matière de conservation et de recherche sur les oiseaux d’eau migrateurs. Ce traité met en place la gestion adaptative de certaines espèces pour leur conservation, s’agissant d’espèces migratrices, il faut raisonner à l’international. Prendre des décisions locales dans chaque pays ne sert à rien et la FNC en est persuadée puisque aujourd’hui elle a développé Chassadapt (unique en Europe). Déclarer ses prélèvements, c’est donner de la crédibilité aux arguments scientifiques et techniques qu’apporte la chasse française.

Les oies gazées dans le silence.

Chaque année, au vu des effectif trop nombreux et des dégâts causés par l’espèce les oies cendrées se font exterminer aux Pays-Bas. En effet, les autorités mettent en place des abattoirs mobiles afin de gazer les volatiles qui posent énormément de problèmes en période de reproduction.

Chaque année, selon le Parlement européen, ce sont 150 000 oies cendrées qui sont détruites. Ajoutons à cela les bernaches et les canards siffleurs le nombre d’oiseaux gazés par les autorités néerlandaises serait proche des 300 000 individus. Bizarrement nous n’entendons pas les « amis des animaux » à ce sujet. Gazer serait donc mieux que chasser ? Encore une preuve que leur but n’est pas de préserver la vie sauvage mais juste d’interdire toute forme de chasse !

Déclarer nos prélèvements, soutenir les travaux de la FNC, permettrait dans un futur proche, d’obtenir la chasse de cet oiseau lors de sa remontée. La chasse française se doit d’être solidaire ; Willy Schraen et son équipe qui aurait pu demander au ministère un arrêté rendant la déclaration obligatoire, il nous fait confiance.

Jouons le jeu, déclarons nos prélèvements d’oies cendrées !