Changement de niveau de risque épizootique pour l’Influenza Aviaire Hautement Pathogène en France

c_16_097_01_notice_techniqueDepuis la fin du mois d’octobre, plusieurs foyers d’Influenza Aviaire Hautement Pathogène (IAHP) ont été détectés dans plusieurs pays d’Europe, dont des pays voisins de la France, occasionnant de la mortalité d’oiseaux sauvages plus ou moins importante et des foyers en élevage avec de fortes mortalités, proches des zones d’infection de la faune sauvage. Des oiseaux migrateurs présents dans ces pays pourraient aussi se déplacer sur notre territoire.

Dans ce contexte, le Ministère de l’agriculture a saisi l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) et l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) pour obtenir un avis d’expert sur la nécessité de relever le niveau de risque épizootique en raison de l’infection de l’avifaune sauvage par un virus Influenza aviaire hautement pathogène. Face à la situation évoluant rapidement et de façon de plus en plus inquiétante, l’avis rendu a souligné la nécessité de passer rapidement du niveau de risque négligeable au niveau de risque « élevé » dans les zones à risque particulier (zones humides) et « modéré » sur le reste du territoire.

En Saône-et-Loire, les zones à risque particulier référencées dans l’arrêté ministériel du 16 novembre 2016 concernent 193 communes du département. Il s’agit pour 192 communes de la zone « Fleuve et vallée de la Saône-et-Seille » et pour une commune (CRONAT) de la zone « Fleuve Loire en Bourgogne ».

 

zones_risque_iahp_17112016

 

Pour les communes (en bleu) en zones à risque particulier (zones humides) : risque « élevé »

  • transport des appelants interdits
  • utilisation des appelants rendue possible par dérogation*
  • lâchers de gibier (perdrix, faisans, colverts, pigeons) interdits
  • rassemblements (foires, concours etc) interdits
  • confinement des élevages obligatoire

Pour le reste du territoire : risque « modéré »

  • transport et utilisation des appelants interdits mais peuvent être autorisés par dérogation*
  • lâchers de gibiers à plumes possibles par le biais d’une dérogation basée sur la mise en place d’une traçabilité de ces lâchers
  • confinement des basses-cours obligatoire

* Pour les dérogations, consultez la Note technique du 18 novembre précisant les modalités d’application des mesures devant être prises dans les zones à risque particulier (=zones humides) et modéré (=reste du territoire) (information de la FNC).

Toutes les zones concernées sont listées dans l’arrêté ministériel du 16 novembre 2016 modifiant l’arrêté du 16 mars 2016.

carto-influenza

Chasseurs de gibier d’eau ou détenteurs d’appelants, pour plus d’informations, vous pouvez consulter les informations suivantes :

 Une notice technique rappelant la situation et les mesures à appliquer

– Les arrêtés ministériels en date du 16 novembre 2016 :

L’arrêté ministériel du 16 mars 2016 relatif au niveau de risque épizootique en raison de l’infection de l’avifaune sauvage par un virus Influenza aviaire hautement pathogène
– les documents rappelant les principales règles de biosécurité aux chasseurs de gibier d’eau et aux détenteurs d’appelants élaborés ce printemps avec le Ministère et fin 2014 en interne.

Soyons tous vigilants.

En cas de découverte anormale d’oiseaux morts ou mourants, contactez les interlocuteurs techniques départementaux du réseau SAGIR (réseau national de surveillance sanitaire de la faune sauvage) :

  • Stéphane CAMUS de la FDC 71 au 06.88.45.60.44 ou standard FDC au 03.85.27.92.71
  • Jean-Claude RAJOT de l’ONCFS au 06.20.78.94.77

Vous trouverez les informations détaillées, à jour et vérifiées sur le site de la Plateforme nationale d’Epidémiosurveillance en Santé Animale : http://plateforme-esa.fr/.