Le dispositif AGRIFAUNE existe en Saône-et-Loire depuis 2008. Il est défini par les quatre partenaires que sont l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), la Chambre d’agriculture, la Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles (FDSEA) et la Fédération départementale des chasseurs. Il est actuellement mis en œuvre dans le cadre d’une seconde convention couvrant 2014/2018 avec une programmation axée sur deux thèmes essentiels :

  •                Le BOCAGE ou comment intégrer le bocage à l’exploitation agricole.
  •                La MOSAÏQUE D’HABITATS ou comment diversifier les habitats de la faune sauvage.

Bilan des actions 2015

Le BOCAGE ou comment intégrer le bocage à l’exploitation agricole

Valorisation du bois bocager – suite opérationnelle avec la construction d’une filière bois plaquette.

Une partie des actions a été consacrée à l’organisation de la production de plaquettes bocagères : plans de gestion bocagers, chantiers de déchiquetage, stockage, vente notamment à des fins énergétiques et recherche de financements. Elles ont été élaborées en compagnie de la Coopérative agricole Bourgogne du Sud.

Une seconde partie des actions s’est déroulée avec la CUMA Compost 71 qui développe également un projet de valorisation du bois bocager. La CUMA a pour objet d’acquérir et de mettre à disposition des exploitants adhérents du matériel d’abattage et de déchiquetage en plaquettes du bois des haies. Pour répondre à la demande de valorisation du bois des haies en plaquettes bocagères dans le département, la CUMA et la Chambre d’agriculture ont organisé différentes réunions, visites de terrain, démonstrations et ont fait l’acquisition de références techniques. La FDC 71 accompagne la CUMA notamment pour la prise en compte de l’environnement dans cette démarche de valorisation des haies et pour une utilisation durable de la ressource.

cubage de haie sur pied déchiqueteuse plaquettes en démonstration plateforme de stockage de plaquettes de bois
Cubage de haie sur pied Déchiqueteuse plaquettes en démonstration Plateforme de stockage de plaquettes bois

La MOSAÏQUE D’HABITATS ou comment diversifier les habitats de la faune

Développement des intercultures conjuguant intérêts agronomiques et faunistiques

Deux mélanges de semences répondant aux critères recherchés sont proposés : « Chlorophiltre MTR » composé de moutarde, trèfle d’Alexandrie et radis et le mélange « Agrifaune » composé de vesce commune, moutarde anti-nématodes et phacélie. La FDC 71 prend en charge 25 % du coût hors taxe de ces semences.

Suite aux contacts pris en 2014 avec plusieurs coopératives agricoles implantées sur le département pour proposer ces mélanges, la coopérative TEOL a rejoint la coopérative Bourgogne du Sud pour les proposer à ses adhérents. Basée dans l’ouest du département à dominante herbagère et en zone d’élevage, les exploitants adhérents de TEOL privilégient l’implantation d’intercultures fourragères au détriment des mélanges conventionnés.

Pour la coopérative Bourgogne du Sud, la surface totale implantée en 2015 en Saône-et-Loire est de 378 ha. Celle-ci est en sensible progression par rapport à 2013 et 2014 ; l’implantation de ces mélanges est essentiellement localisée dans le nord de la Bresse et dans le Val de Saône. Ce développement concerne aussi la Côte d’Or permettant d’atteindre un total de 450 ha implantés favorables à la faune sauvage.

Deux actions de communication sur le sujet des intercultures conjuguant intérêts agronomiques et faunistiques ont été menées en 2015 :

  • dans le cadre du Réseau rural régional notamment lors d’une rencontre au champ sur le thème des intercultures qui s’est déroulée sur la commune d’Ormes
  • au salon de l’élevage organisé par la Coopérative Bourgogne du Sud sur la commune de Mellecey
vue d'ensemble de la plateforme d'essais de FRONTENARD (71) visite de parcelle participation à un salon agricole à MELLECEY (71)
Plateforme d’essais d’intercultures à Frontenard Visite de parcelles Participation au salon agricole de Mellecey
Bande et îlot de culture pour la biodiversité – révision du cahier des charges avec une augmentation des compensations financières pour les exploitants. Pas de mise en œuvre malgré la sollicitation des partenaires pour leur promotion.

Pour toute information complémentaire sur ces sujets, contactez Thierry PEYRTON, chargé de mission de la FDC 71 en charge d’AGRIFAUNE (Tel : 06.84.39.53.59). Les actions mises en œuvre dans le cadre d’AGRIFAUNE sont cofinancées à hauteur de 50 % par l’ONCFS, ce cofinancement représente environ 10000 € par an.